Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

TOUS LES ARTICLES

Fermer GUITARE DEBUTANT

Fermer HARMONIE

Fermer INFORMATIQUE

Fermer SON

DES VIDEOS PERSO

Fermer La Caina (lounge music)

Fermer Rock en Stock

Fermer Star d'un Jour (concours de chant)

Fermer les armures ont des oreilles

PHOTOS

Fermer  diaporamas

Webmaster - Infos
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 24 membres


Connectés :

( personne )
icone son.pngSON - la console de misxage (I)

Afin d’aborder la prise de son d’une formation en situation live ou studio, il est primordial d’avoir un minimum de connaissance concernant l’élément central d’une sono ou d’un studio :

la console de mixage

En effet dans un premier temps, il est très important de savoir les rudiments afin de ne pas provoquer l’effet larsen qui peut engendrer des lésions importantes et irréversibles aux oreilles.


Une console de mixage (ou table de mixage) va nous permettre de réunir (mixer) des signaux sonores (appelés aussi modulations) provenant de micros, synthétiseurs, platine cd etc...
Le but est d’obtenir une unique modulation stéréo (un mixage) qui pourra alimenter par exemple les amplis de puissance d’une sono (façade) ou un système d’enregistrement (magnétophone).

Notre console de mixage va au minimum être capable :

- d’équilibrer le niveau sonore d’entrée de chaque modulation (gain)
- de jouer sur le timbre de chaque instrument (égaliseur).
- de pouvoir envoyer des mixages différents à des amplis de puissance d’un système de "retour de scène" ou à des effets externes (départ auxiliaire)
- de régler la position stéréophonique (panoramique).
- d’équilibrer le niveau sonore de sortie de chaque modulation (fader).

Bien entendu, une multitude d’autres fonctions seront exploitables, mais le principal se résume à ces 5 fonctions :

GAIN - EGALISEUR - DEPART AUXILIAIRE - PANORAMIQUE - FADER

Sur le l’image ci-dessous, j’ai représenté le tableau de bord d’une console de mixage. On doit distinguer 2 sections :

- La section des entrées (INPUT). En général sur la gauche, cette section va nous permettre de régler individuellement chaque modulation entrante (micros, synthés etc...).
- La section des sorties (OUTPUT). En général sur la droite, cette section nous permet de régler le volume de sortie générale vers notre système de sonorisation (façade), les volumes généraux de sortie pour nos départs auxiliaires (retours de scène) et pour nos départs auxiliaires prévus pour nos effets externes (type reverb).

cons_ensemble.png

 
Pour toutes les modulations entrantes et sortantes on utilise des câbles audio avec 2 ou 3 conducteurs, selon le type de liaison :

- La liaison ASYMETRIQUE (UNBALANCED en anglais) est une liaison avec un câble n’ayant que 2 conducteurs. Il est formé d’un fil normal (dit point chaud) étant entouré d’une tresse métallique faisant office de 2eme conducteur (point froid). On emploiera pour ce type de liaison des fiches JACK mono 6,35 mm ( JACK TS) ou des fiches RCA (CINCH).

- La liaison SYMETRIQUE (BALANCED en anglais) est une liaison avec un câble constitué de 3 conducteurs. Il est formé de 2 fils normaux (point chaud et point froid) étant entourés d’une tresse métallique faisant office de 3eme conducteur (masse). On emploiera pour ce type de liaison des fiches XLR mâle et femelle ou des fiches JACK stéréo 6,35 mm ( JACK TRS). Ces dernières seront aussi employées pour d’autres utilisations que je détaillerai plus tard.

 
cons_cables.png

 
La liaison asymétrique (2 conducteurs) peut être utilisé sur des longueurs de câble n’excédant pas 10 mètres ; au delà on aura une perte de puissance de notre modulation et l’apparition de parasites.
Par contre la liaison symétrique (3 conducteurs) nous permet d’avoir une longueur de 100 mètres de câble sans aucune perte de puissance et sans parasites. Cette liaison sera de loin préférable, surtout pour les micros, qui on un signal de sortie de très faible puissance.

Voici ci-dessous un récapitulatif des principaux câbles de modulation :
 
cables.png

Sur l’image ci-dessous, nous avons le panneau arrière de branchement ou l’on connectera les modulations entrantes et sortantes.
La partie droite recevra les câbles de modulations entrantes INPUT (micros, synthés, etc...). La partie gauche s’occupera de la connexion des modulation sortantes OUTPUT (câbles alimentant les amplis de puissance façade et retour de scène, les effets externes, le magnétophone, les entrées d’une carte son d’ordinateur, etc...).

 
cons_arriere.png

Si nous regardons plus en détail ce panneau arrière de branchement, on distingue dans la partie des modulations entrantes, un nombre de 10 entrées mono (tranches numérotées de 1 à 10) acceptant chacune une connexion XLR (micro) ou une connexion JACK mono (line). Nous avons en plus, 2 autres tranches stéréo (numérotées 11-12 et 13-14) acceptant chacune une connexion de deux RCA (CINCH) ou de deux JACK mono. Sur cette console de mixage nous avons donc 12 tranches (10 mono et 2 stéréo).

 
cons_mod_entrantes.png
On peut définir simplement la console de mixage comme un appareil pouvant :

- traiter séparément plusieurs sources audio (micros, synthés, platine CD, ordinateur, etc...).
- regrouper toutes ces sources afin d’envoyer l’ensemble sous la forme d’une seule modulation (mono ou stéréo).

Date de création : 23/11/2010 @ 15:26
Dernière modification : 23/11/2010 @ 15:26
Catégorie : SON
Page lue 4299 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


react.gifRéactions à cet article


Réaction n°1 

par tolkan le 16/05/2011 @ 21:39

Bonjour,
Article très intéressant et très clairement expliqué.J'aimerai en savoir plus sur les différents réglages de la table et la fonction des différents boutons de réglage,mais où trouver ces informations?
Cordialement

cadeau.gifSpécial !

 

me motiver pour continuer
Recherche




Annonces
^ Haut ^